Education européenne de Romain Gary

éditions: gallimard, folio

nombre de pages: 282

prix: 7,20€

ma note: 3/5

musique qui m'y fait penser: /



résumé (cette fois-ci, je le fais moi-même car la quatrième de couverture y affiche juste les premières phrases du livre): Hiver 1942, le médecin polonais Twardowski décide d'amener Janek, son dernier fils en vie, dans une forêt proche de Wilno afin de le cacher. Sans nouvelles de son père depuis quelques jours, le jeune adolescent quitte sa kryjówka (sa cachette) et rencontre un groupe de partisans avec qui il vivra durant la bataille de Stalingrad.

Je devais faire un exposé pour mon cours de français et tandis que les autres voulaient prendre les films proposés, bien-sûr, je me suis tournée vers les livres. Parmi les deux proposés, il y avait inconnu à cette adresse de Kathrine Kressman Taylor, pas très original... Vous vous doutez bien que le second était celui-ci, dont je n'avais jamais entendu parler. Je m'y suis donc plongée en voulant en savoir le moins possible.

Laisez-moi d'abord vous expliquer pourquoi l'auteur a appelé son roman ainsi avec cet extrait: "En Europe on a les plus vieilles cathédrales, les plus vieilles et les plus célèbres Universités, les plus grandes librairies et c’est là qu’on reçoit la meilleure éducation – de tous les coins du monde, il paraît, on vient en Europe pour s’instruire. Mais à la fin, tout ce que cette fameuse éducation européenne vous apprend, c’est comment trouver le courage et de bonnes raisons, bien valables, bien propres, pour tuer un homme qui ne vous a rien fait, et qui est assis là, sur la glace, avec ses patins, en baissant la tête, et en attendant que ça vienne." Il y en a plusieurs comme cela dans le roman.

Les trois personnages principaux sont Janek, un jeune de quatorze ans forcé à intégrer la Résistance pendant que les enfants de son âge sont à l'école. Zosia, une jeune fille un peu plus âgée que Janek, obligée par les partisans de se prostituer pour les SS afin de leur soutirer des informations. Dobranski, un jeune adulte dirigeant un groupe d'étudiants qui est très philosophique et écrit un livre.

La première moitié (je dis bien "moitié", pas "partie") de ce roman m'a enchanté. Le personnage de Janek est très mature et drôle de part son arrogance inattendue: lorsque les partisans l'envoie en mission, ses seuls réponses sont "oui", "non", "bien", "je sais", comme s'il ne voulait pas user de sa salive pour si peu.
Il y a également de très beaux passages avec la musique (j'adore lorsqu'un livre parle de cela, je trouve toujours cela si parfait) avec le personnage principal qui en est totalement envoûté. les descriptions sont courtes mais bien faites et nous prenons plaisir à découvrir tous les partisans qui sont très différents. D'ailleurs, cela doit être un des seul points positifs de la guerre mais cette dernière a fait se rencontrer pleins d'hommes de générations et de classes sociales différentes qui ne se seraient sans doute jamais adressés la parole sinon.

Malheureusement, la seconde moitié m'a paru être l'opposé de la première. Janek n'est pas très présent alors que c'est un des gros points forts de cette histoire. Il y a beaucoup de longueurs, on n'avance pas, on piétine. Notre cher Dobranski est très gentil mais lorsqu'il s'agit de lire des dizaines de pages de son livre pendant que nous laissons la vie des partisans de côté, c'est tout autre chose. De plus, le personnage de Zosia a vécu des choses très difficiles mais elle pleurniche souvent pour un oui, pour un non et je dois avouer que cela m'a particulièrement agacée bien que je comprends que l'auteur a voulu montrer qu'elle était encore une enfant malgré tout.

En conclusion, j'ai été très heureuse de découvrir ce livre qui a, à mes yeux, beaucoup de qualités comme de défauts.

P.-S. - Si vous voulez me parler plus en détail d'un livre que j'ai chroniqué ou me partager une de vos lecture, quelle qu'elle soit, voici mon adresse mail: lily.lutinscornouailles@yahoo.com
Bien à vous, Lily.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marquise de Joanne Richoux

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Lemony Snicket

Le blog ou la vie ? de Sophie de Villenoisy