vendredi 17 février 2017

L'Eveil, stade 1 de Jean-Baptiste de Panafieu

éditions: Gulf Stream

nombre de pages: 268

prix: 16,50€

ma note: 4/5

musique qui m'y fait penser: "André II" de Sanseverino, qui me faisait beaucoup quand j'avais 6 ans.


quatrième de couverture:Un mystérieux virus semble développer prodigieusement l'intelligence des animaux. A travers le monde, l'épizootie se propage rapidement dans les villes, les élevages, les forêts, affolant les biologistes, les amis des animaux... et les compagnies agroalimentaires. Et si le rapport de force entre les animaux et les hommes s'inversait ? Et si les bêtes décidaient de lutter pour sauver leur peau et leur liberté ?

Tout d'abord je tiens à préciser que j'ai lu ce livre dans le cadre du Prix départemental des collégiens de l'Hérault. Ce roman est le premier des cinq que je lis et je dois avouer que cette sélection commence très bien pour moi.

Commençons par la couverture: en plus d'être agréable pour l’œil du lecteur, elle est très fidèle au livre et met la souris A27 en arrière plan pour montrer que c'est par elle que tout commence. Tous les autres animaux s'y trouvant sont également dans le livre. Premier point fort.

Je dois également vous dire que si j'ai commencé avec ce livre-ci, c'est surtout parce que son histoire est innovante et, en littérature jeunesse (bien que j'aime beaucoup ce genre), cela fait du bien de ne pas voir tout le temps les mêmes schémas se répéter. Non seulement elle traite d'un sujet peu abordé mais elle mène à la réflexion tout au long de la lecture en faisant se poser des questions sur la façon dont nous réagirions face à des animaux éveillés. Plusieurs faits historiques se cachent dans le roman comme par exemple la création de langages et Charles la corneille, qui représente Hitler en formant un régime totalitaire et antisémite chez les oiseaux. Les animaux sont ici très bien travaillés mais ce n'est pas le cas pour les humains. Effectivement, j'avais l'impression que ces derniers étaient plutôt là pour effectuer des actions que les animaux ne pouvaient pas faire, ce qui est bien dommage. Il était sensé y avoir un trio de meilleurs amis qui selon mon ressenti se connaissaient à peine et ne s'appréciaient pas plus que ça (hormis le début de romance entre deux membre du groupe, et encore...).
En conclusion, j'ai vraiment beaucoup aimé l'histoire en elle-même malgré le manque de personnalité des personnages humains.
P.-S. - Si vous voulez parler plus en détail d'un livre que j'ai chroniqué ou me partager une de vos lectures, quelle qu'elle soit, voici mon adresse mail: lily.lutinscornouailles.yahoo.com
Bien à vous, Lily.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire