Le Jardin des Epitaphes, tome 1 de Taï-Marc Le Thanh

Éditions: Didier Jeunesse

Prix: 17,00€

Nombre de pages: 365

Ma note: 2/5

Musique qui m'y fait penser: Quel beau jour vraiment de Robin des bois


Résumé (de Livraddict): Le monde se retrouve plongé dans le chaos après une série de catastrophes appelées épitaphes. Le jeune Hypoténuse retrouve son petit frère et sa petite sœur à Paris après deux ans d'amnésie. Ils font route vers le Portugal afin de prendre la mer pour San Francisco, dans le but de rejoindre leurs parents. Mais ils devront affronter un monde dévasté abritant des zombies et autres mutants.

Ce livre est le troisième que j'ai lu pour le Prix des Collégiens. Celui-ci était celui qui me faisait le moins envie. La couverture m'a un peu rebutée (ne parlons même pas de la deuxième et la troisième de couverture, montrant les têtes de quelques personnages de l'univers). La quatrième nous laisse simplement entendre qu'il y a eu des catastrophes, les «pires dangers», pour citer le texte. Il y a aussi marqué qu'ils vont rire et que son frère et sa sœur peuvent lui faire confiance car «j'ai déjà fait mes preuves» dit le grand... Ce n'est peut-être que moi mais il y a déjà quelque chose qui me dérange...

L'histoire en elle-même est pleine de bonnes intentions mais je trouve que la plupart du temps, c'est mal entrepris. Il y a trop de choses provoquées par cette apocalypse (j'ai compté neuf changements par rapport à notre vie actuelle) qui sont en plus mal expliqués parce que, arrivée à la fin du roman, presque toutes les épitaphes m'échappent encore. Par ailleurs, elles sont beaucoup trop simples pour le héros. Dans ce nouveau monde, les nuages tombent du ciel, aussi durs que des pierres. Les machines peuvent faire ce qu'elles veulent et certaines personnes redeviennent presque des singes. Des gens font partis d'une mystérieuse secte. Deux sortes de zombies rôdent: les Romero, d'une lenteur extrême et les Snyder, beaucoup plus impressionnants car ils courent vers leur proie humaine. Tous les animaux sont gentils avec les humains excepté les chiens, qui les détestent. Il y a également des mutants et des goitreux cannibales. Seulement, pour les rares fois où elles apparaissent, Hypoténuse en fait une vulgaire promenade de santé puisque Monsieur a une force abracadabrante, par dessus le marché ! Il se bat même les yeux fermés, un des points qui m'a fait lever les yeux au ciel...

Vu ma façon d'en parler quelques lignes plus haut, vous l'aurez sans doute compris. Je ne suis pas une grande fan du personnage principal, ni de son frère et de sa sœur d'ailleurs. Je me dois de vous expliquer pourquoi afin de vous faire comprendre que je ne déteste pas des personnages sans raisons valables. Tout d'abord, Hypoténuse est le genre de personnage qui ne sait pas pourquoi il est "si" fort mais qui ne manque pas de souvent le rappeler en utilisant parfois (pas tout le temps) des tournures où nous avons l'impression que son rôle et sa force sont un lourd fardeau. Il est si théâtral qu'un metteur en scène lui trouverait un rôle à peine cinq minutes après l'avoir rencontré. D'habitude, je trouve attendrissant le fait qu'un personnage pleure. En revanche, lui, pleure tel une fontaine plusieurs fois dans le roman alors que cela ne colle absolument pas avec sa personnalité qui m'a paru si prétentieuse en raison de sa fausse modestie. En y repensant, j'ai l'impression que toute cette histoire a été inventé par lui-même afin que nous lui fassions des éloges, il ressemble donc à quelques personnes que nous avons nous-même déjà croisé dans notre vie, les menteurs accomplis ne cherchant que l'admiration des autres au détriment de la vérité.

Les enfants m'ont été aussi insupportables que leur grand-frère. Poisson-Pilote es un "personnage mouton" (eh oui, c'est la première mais pas la dernière fois que vous entendez ce terme ici), effectuant seulement des actions pour combler le vide mais n'ayant pas eu droit à partager ses opinions face au lecteur car il rend juste service. La seule chose que je retiens de lui, c'est qu'il n'est pas très gratifiant envers son frère qui lui a sauvé la vie à maintes reprises. Hypoténuse est peut-être agaçant mais il ne faut pas en attendre autant que Poisson-Pilote sans ne jamais dire merci en retour, surtout après de nombreuses catastrophes naturelles. Double-Peine est quand a elle une horrible petite créature, capable de pleurer et de rire à la fois sans pour autant être terrifiée par ce qu'il se passe. Elle fait d'ailleurs un peu peur à ses frères.

J'ai lu beaucoup d'avis positifs sur ce roman, disant que le récit est palpitant et que la plume est poétique. Je ne l'ai pas ressenti ainsi. Pour moi, il était un peu ennuyeux à cause des problèmes apparents qui sont bien trop nombreux, mal expliqués et qui n'était finalement pas très embêtants. La plume quant à elle ne m'a pas paru si poétique que cela.

J'ai tout de même apprécié le fond de l'histoire. Si les épitaphes n'avaient pas été dans un seul et même tome, j'aurais sans doute trouvé que cet auteur avait une quantité d'idées fabuleuses. En outre, j'ai redécouvert la chanson de Robin de Bois "Quel beau jour vraiment" grâce à ce livre.

En conclusion, un fond avec plein de bonnes idées mais qui ont été mal exploitées car elles représentaient bien trop de choses pour un seul roman. Pour moi, cela lui a même fait perdre de la crédibilité et l'engouement que j'aurais pu avoir pour la saga. L'avis que vous venez de lire n'engage que moi, aussi, je serais d'autant plus ravie de connaître votre point de vue à propos de celui-ci. J'ai bien conscience que certains mots présents ici sont assez forts mais je ne fais que retranscrire les pensées que j'en ai eues dès le livre fermé pour la dernière fois.

P.-S.- Si vous voulez me parler plus en détail d'un livre que j'ai chroniqué ou me partager une de vos lectures, quelle qu'elle soit, voici mon adresse mail: lily.lutinscornouailles@yahoo.com

Bien à vous, Lily.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marquise de Joanne Richoux

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Lemony Snicket

Le blog ou la vie ? de Sophie de Villenoisy