Le Dieu du carnage de Yasmina Reza

éditions: Magnard

nombre de pages: 105

prix: 5,20€

ma note: 4/5

musique qui m'y fait penser: /



quatrième de couvertureA l'issue d'une altercation entre leurs fils respectifs, deux couples se rencontrent pour régler le conflit à l'amiable. Mais le propos policé des adultes dégénère vite en dispute féroce... Mus par le "dieu du carnage", ils finiront par se quereller avec pertes et fracas, noyant un portable et décapitant un bouquet de tulipes tout en agitant le spectre d'un hamster disparu !

Je n'avais jamais entendu parler de Yasmina Reza avant que cette pièce de théâtre ne nous ait été donnée à lire pour la rentrée prochaine. Le résumé m'a tout de suite plu puisqu'il est assez loufoque et intriguant. De plus, mon professeur me l'a bien vendu car même si je ne suis pas une allergique des lectures de cours, je suis forcée de reconnaître que cela aide grandement lorsqu'un livre imposé est bien présenté.

J'ai toujours préféré regarder l'adaptation sur scène avant la lecture de la pièce afin que j'ai certaines intonations et gestuelles en tête. A défaut d'avoir pu la regarder avant, j'ai donc décidé de mettre une adaptation de celle-ci en fond sonore lors de ma lecture. Cependant, j'étais si fatiguée ce soir-là que j'ai abandonné ma lecture pour tomber dans les bras de Morphée. J’avais pourtant lu la moitié des pages car non seulement il est très court mais il est en plus de cela très facile à lire.

L'humour qui est ici apporte vraiment quelque chose en plus à la pièce. Il y est d'ailleurs présent dès la première page. Voici la déclaration faite par les Houllié " Le 3 novembre, à dix-sept heures trente, au square de l'Aspirant-Dunant, à la suite d'une altercation verbale, Ferdinand Reille, onze ans, armé d'un bâton, a frappé au visage notre fils Bruno Houllié. Les conséquences de cet acte sont, outre la tuméfaction de la lèvre supérieure, une brisure des deux incisives, avec atteinte du nerf de l'incisive droite. ". Cette exagération est complètement ridicule, ce qui donne le sourire aux lèvres à peine l'histoire entamée.

Les quatre parents ont tous une personnalité différente et gère le conflit principal à leur manière. Les disputes s'enchaînent sans laisser une minute de répit aux personnages. Elles sont très variées et retournent ces gens les uns contre les autres. Une fois, Véronique Houllié défend son mari, puis une autre, elle défend Annette Reille, puis Alain Reille et cela pour tous les personnages.

Comme l'a dit Yasmina Reza dans l'interview à la fin du livre (seulement dans celui que j'ai, il me semble) le décor est épuré et contient seulement ce qui est nécessaire au déroulement des scènes. D'ailleurs, parlons-en, des scènes. Il n'y en a pas, tout du moins, pas de scène du vocabulaire théâtral, tout comme les actes.  

Un petit bémol cependant, il n'y a pas réellement de fin. L'auteure aurait très bien pu l’arrêter avant ou après car ce moment est semblable à tous les autres. Une toute petite prolongation aurait peut-être fait que la pièce sorte du lot. Nous tournons la page sans nous apercevoir ou comprendre que la précédente était la dernière. Elle nous laisse un peu sur notre faim.

Laissez- moi vous parler à présent des deux adaptations, l'une théâtrale et l'autre cinématographique, que j'ai vues. La première, trouvable sur YouTube, m'a beaucoup plu car elle transmettait très bien l'humour que nous retrouvons dans le texte. Le film Carnage, en revanche, m'a bien plus dérangé. Il a changé tous les noms propres pour les mettre à l'américaine (forcément, d'un côté, car il vient de là-bas, mais cela m'a tout de même dérangé) et il est froid, ne donnant absolument aucune émotion au spectateur.

En conclusion, une très bonne pièce de théâtre, drôle grâce à ses situations grotesques et incongrues et à ses personnages. Nous regardons cette scène d'un œil extérieur sans pouvoir nous mettre d'un côté en particulier tellement ils semblent avoir tous raison sur différents points. Personne n'est mis à l'écart, les quatre sont égaux et aucun n'est valorisé par rapport aux trois autres. Malgré cela, la fin est assez brusque, nous empêchant de savoir ce qu'il se passe ensuite.


P.-S.- Si vous voulez me parler plus en détail d'un livre que j'ai chroniqué ou me partager une de vos lectures, quelle qu'elle soit, voici mon adresse mail: lily.lutinscornouailles@yahoo.com.


Bien à vous, Lily.

Commentaires

  1. Le film Carnage m'avait fait cet effet de froideur également, malgré l'intérêt du thème. Pourtant, les comédiens étaient plutôt bons. Je ne sais pas si je lirai la pièce à l'avenir, mais je vais aller jeter un oeil sur Youtube pour voir cette adaptation dont tu parles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je reconnais que les acteurs sont bons, je ne pense pas que cela vienne d'eux mais plutôt de la réalisation. La pièce se lit très rapidement (environ une journée). L'adaptation est la première sur YouTube lorsque l'on cherche le dieu du carnage il me semble. Merci pour ton commentaire, bien à toi, Lily.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Marquise de Joanne Richoux

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Lemony Snicket

Le blog ou la vie ? de Sophie de Villenoisy