lundi 3 avril 2017

Les Pluies de Vincent Villeminot

éditions: Fleurus

nombre de pages: 339

prix: 16,90€

ma note: 5/5

musique qui m'y fait penser: Ain't no sunshine de Bill Withers



résuméKosh n'a jamais vu les yeux de Lou dans le soleil : depuis maintenant quatre mois, il pleut. Une pluie serrée, violente, une pluie de mousson qui parait blanche la nuit dans les phares ou la lumière, et fait un voile gris sur toutes choses, le jour, à plus de quelques mètres. Le phénomène, inexplicable, échappe à toute logique, à toute prévision, à tout modèle, à toute saison. Mais Kosh n'a pas besoin de voir le soleil les éclairer pour savoir que le vert des yeux de Lou est menthe à l'eau. Et qu'ils sont la plus belle chose qu'il ait jamais vue. Surtout lorsqu'elle sourit. Qu'il la fait sourire. Kosh a promis à Lou que rien ne les séparerait. Jamais. Lorsqu'ils évacuent leur village, que les réfugiés se battent pour prendre place dans les derniers bateaux, pris de panique à l'idée qu'il s'agit du dernier espoir de s'en sortir, Kosh est arraché à Lou. "Survis ..." la supplie-t-il. "Survis, et moi, je te retrouverai".

Ma cinquième et ultime lecture pour le prix des Collégiens fut celle-ci. Je dois admettre que le fait qu'il soit le dernier n'est pas anodin. En effet, lorsque j'ai lu Stéphane, le tome de Vincent Villeminot dans la saga U4, j'avais bien accroché au style de l'auteur bien que Stéphane n'était pas une fille très agréable à mon gout. Je m'étais donc dès lors intéressée à cet auteur et Les Pluies était dans ma wish list avec Instinct et Réseaux, qui y sont toujours d'ailleurs. Ce fut un immense plaisir lorsque j'ai vu qu'il faisait parti de la sélection de cette année. Connaissant l'auteur et aimant l'histoire, j'ai décidé de garder cette valeur sûre pour la fin, histoire de finir forcément sur une bonne note. Comme je m'y attendais, je l'ai aimé. Je l'ai aimé, oui, mais un peu plus encore, il fut un coup de cœur (deux à la suite, qu'elle chanceuse je suis!).

Trois minutes avant, j'étais en Amérique du Sud avec Le fils de l'ombre et de l'oiseau. J'étais même au bout du rouleau car je voulais y rester. Allant chercher Les Pluies, non sans une grande tristesse, je prévoyais déjà d'aller me coucher sans lire plus de dix pages mais c'était sans compter que dès le premier chapitre, la tension est présente. Nous avons envie d'aider les personnages à aller plus vite afin qu'ils puissent se sauver de la Nooga, prête à déborder. A peine le livre ouvert et l'auteur nous surprend déjà. Les événements sont bien menés jusqu'au bout du roman. L'histoire se coupe en trois parties dont la deuxième est épistolaire.

Les personnages sont jeunes et le fait qu'Ombre soit un bébé rajoute de l'enjeu. Ils ne sont pas parfaits... et c'est parfait ! Au fil de la lecture, nous nous en rendons compte et cela paraît d'autant plus réaliste. Ils font tous des erreurs, ce qui est tout à fait normal lorsque l'on est enfant. Kosh est très protecteur envers sa nouvelle famille et n'hésiterait pas à donner sa vie pour eux. Cependant, il tient tellement aux gens qu'il est prêt à faire mille et une promesses qu'il n'est pas sûr de tenir, bien qu'il le veuille du plus profond de lui-même. Lou veut être la maman gentille du groupe, ce qui lui vaut de se faire marcher sur les pieds à plusieurs reprises et qui la fait passer pour plus faible qu'elle ne l'est. Malcolm obéit le plus possible aux règles de son frère Kosh mais il ne sait pas à quoi cela le mène, il est selon moi le plus perdu de tous et se renferme donc un peu. Noah est allergique à toute forme de règle et est une vraie tête de mule. Il ne fait jamais ce que lui disent les autres même s'il se rend compte plus tard que certaines interdictions sont pour son bien, ce qu'il regrette parfois.

J'ai tout de même eu beaucoup de mal avec Chiloé car cette gamine est d'un égoïsme pur et dur. Tant que vous ne lui apportez rien, elle ne vous adresse pas la parole mais dès que vous l'intéressez, elle est prête à vous aider. Elle ne pense jamais aux conséquences de ses actes, veut tout le temps agir seule sauf si, encore une fois, elle peut y gagner quelque chose. Ce choix de l'auteur est pourtant volontaire, ce que l'on comprend à la fin du tome. Nous nous sentons donc menés à la baguette, ce qui est assez plaisant, pour tout dire. En outre, il faut bien des personnages déplaisants car il ne font que mettre en valeur les personnages géniaux.

Un passage m'a particulièrement fait sourire. Je ne peux pas le dévoiler ici alors les mails de ceux qui l'ont lu sont les bienvenus. Il était 7h30 du matin et le tramway dans lequel j'étais débordait de gens à la mine décomposée que nous avons tous les lundi. Il n'y en avait qu'une seule qui était dans un état de satisfaction intense, de telle manière que les autres passagers se sont demandés pourquoi elle rayonnait autant et si elle venait vraiment du même monde qu'eux. C'était, vous l'aurez sans doute compris, moi-même. Rien qu'en repensant à la scène et à la tête des personnes à côté de moi, ce livre restera gravé dans ma mémoire pour un petit moment.  

La fin est horriblement aguicheuse, ce qui nous fait désirer une accélération du temps afin de nous retrouver à la date de parution du second tome. Les seuls mots que j'avais en bouche étaient " Vite, la suite ! Je promets de faire tout ce que vous voudrez. " ce qui est assez étrange et frustrant. Attention, il ne faut pas croire que je n'aime pas cela, bien au contraire. Cela fait plaisir de voir un livre sans fausse note car, comme je l'ai expliqué un peu plus haut, le caractère de Chiloé est très bien pensé. 

En conclusion, un super roman de littérature jeunesse qui donne très envie de lire le tome 2. Avec des personnages réalistes, une histoire parfaitement menées sans une minute d'ennui et un style envoûtant. Que demander de mieux ? Pas grand chose à vrai dire.


P.-S.- Si vous voulez me parler plus en détail d'un livre que j'ai chroniqué ou me partager une de vos lectures, quelle qu'elle soit, voici mon adresse mail: lily.lutinscornouailles@yahoo.com

Bien à vous, Lily.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire